Skip to main content
x

PROGEP

Le Projet de Gestion des Eaux pluviales et d’adaptation au changement climatique (PROGEP) 

Contexte

Les inondations, par leur récurrence et la gravité de leurs conséquences, constituent l’un des problèmes les plus cruciaux auxquels le Sénégal a été confronté au cours des trois dernières décennies .Les inondations saisonnières affectent presque toutes les régions et touchent à la fois les zones urbaines et rurales. Mais en raison de l’urbanisation, les problèmes se posent avec plus d’acuité dans les grandes villes.

En 2010, grâce à l’appui de la Banque Mondiale et du Fond Nordique de Développement, le gouvernement a décidé de mettre sur pied un projet pour endiguer le problème de l’inondation, en particulier dans la banlieue de Dakar où 300.000 à 400.000 personnes sont touchées chaque année.

Le PROGEP (2012-2019), qui constitue une des composantes du Plan décennal de Lutte contre les Inondations (PDLI), est cofinancé, pour un coût global de 121,3 Millions de dollars US (60,65 Milliards de FCFA), par l’Etat du Sénégal (13.3 %), la Banque Mondiale (74.8%), le Fonds pour l’Environnement Mondial (46 %)  et le Fonds Nordique de Développement (7.3 %).

Sa zone d’intervention qui couvrait initialement les Villes de Pikine et de Guédiawaye, a été étendue, suite à l’obtention de deux (02) financements additionnels, à l’Agglomération de Saint-Louis et au Pôle urbain de Diamniadio.

Elle comporte les 4 composantes suivantes :

ü  Composante A : Intégration des risques climatiques dans l’aménagement et la gestion urbaine (SIG, PDD, PUD, Normes, Etudes diverses ….) ;

ü  Composante B : Construction et gestion des ouvrages primaires de drainage ;

ü  Composante C : Engagement communautaire dans la réduction des risques d’inondations et l’adaptation au changement climatique ;

ü  Composante D : Coordination, gestion et suivi-évaluation du Projet ;

 

Construction d’ouvrages primaires et structurants de drainage à Pikine et à Guédiawaye

Le PROGEP compte à son actif :

  •  50 projets d’investissement communautaires réalisés
  • 90 .000 personnes sensibilisées aux risques d’inondation
  • 35 km de réseaux primaires de drainage
  • 30 km de voirie en pavés
  • 30 bassins aménagés

 

 

Engagement Communautaire

Les principales activités réalisées, en rapport avec les facilitateurs sociaux, concernent :

 

ü  l’information et la sensibilisation (réunions communautaires, rencontres et visites domiciliaires ;

ü  la mise en place de Comités Locaux de Gestion des Eaux Pluviales (COLIGEP) dans les communes de Hann Bel Air, de Dalifort, de Yeumbeul-Sud, de Yeumbeul-Nord, de Djeddah Thiaroye Kao, de Malika, de Keur Massar et de Wakhinane-Nimzatt, etc. ;

ü  la production d’une trentaine d’émissions multithématiques avec les radios communautaires.

Projets d’Investissement communautaire (PIC)

 

Les PIC visent d’une part, à mieux intégrer les ouvrages de drainage dans le tissu urbain, à favoriser la participation des communautés dans la préservation des investissements réalisés à travers le PROGEP.

Les PIC consistent principalement en : (i). des aménagements paysagers, d’aires sportives et récréatives, etc. La construction de puisards collectifs. Ainsi, 30 PIC sont entièrement réalisés. 37 autres seront exécutés dans la Phase II - Tranche 2.

Renforcement des Comités locaux d’Initiative et de Gestion des Eaux pluviales (COLIGEP)

 

Les COLIGEP sont des instances fédératrices regroupant à l‘échelle communale les différents groupes de base et les autorités locales. Ils ont une mission de veille et d’alerte pour la préservation des ouvrages. Les 9 COLIGEP installés sont équipés (matériels informatiques, mobiliers de bureau, etc.). Ils ont bénéficié de de plusieurs sessions de formation.